Blogue et nouvelles

Cap sur l'action

Image_Une_Isabelle

Les 6 piliers pour apprendre à vivre avec nos préoccupations pour la planète

29 mars 2022 | Par Isabelle Béliveau
Cap sur l'action

Notre programme Cap sur l’action récompense deux personnes âgées entre 14 et 30 ans pour leurs précieux efforts et réalisations en lien avec l’environnement grâce à une bourse jusqu’à 2000$ entre autres. Récipiendaire du prix en 2021, Isabelle vous plonge dans le monde des écoémotions pour mieux vivre l’adaptation aux changements environnementaux! Retrouvez ses articles précédents ici et


Une question qui revient souvent quand on parle d’écoanxiété, c’est : comment réduire les symptômes qui y sont associés? C’est une question qui ne se répond pas facilement. J’ai donc décidé d’en faire l’objet de mon dernier article de blogue.

Comme c’est une émotion normale et adaptative au monde dans lequel nous évoluons, je ne pense pas qu’il faut chercher à traiter l’écoanxiété et à l’éliminer. Je pense plutôt qu’il faut apprendre à vivre avec, à la canaliser dans des actions qui nous soutiennent et nous permettent de trouver des solutions créatives aux problèmes de notre époque.

Voici donc six piliers à mettre en place pour apprendre à vivre avec nos préoccupations pour la planète et à les transformer en actions concrètes :

1) Les sources d’énergie

Pour se sentir en sécurité et avoir l’énergie d’affronter les défis écologiques que ce soit au niveau du changement de notre mode de vie ou au niveau des actions militantes qu’on pose dans nos villes, il est primordial d’avoir des sources d’énergie en contenu : ces sources sont l’alimentation saine, le repos et la relaxation adéquate et le mouvement du corps. Ces activités, réalisées quotidiennement, vous donnent la structure dont vous avez besoin pour ensuite être en mesure d’aider les autres.Vous ne pouvez pas donner aux autres ce que vous n’avez pas déjà. Idéalement, vous ne donnez que ce que vous avez en surplus. C’est vrai pour n’importe quelle ressource : argent, énergie, biens matériels, eau, etc.

Photo_1_the_article_Isabelle

2) Une bonne gestion des relations

Faire partie d’une communauté saine est primordial pour faire face aux crises que nous traversons. Métaphoriquement, chaque crise, qu’elle soit mondiale ou plus interpersonnelle, est une nouvelle roche qu’on ajoute à notre sac à dos. Notre sac est déjà lourd.

Faire partie d’une communauté peut nous aider à alléger ce poids, mais il est important de choisir ses relations en pleine conscience, de communiquer ses aspirations et ses besoins de manière régulière (pour solidifier ces relations) et d’affirmer ses limites au besoin (pour protéger notre énergie).

3) Les apprentissages soutenus

Ce troisième pilier réfère au temps que vous consacrez à transformer vos croyances, à modifier vos habitudes, à faire évoluer votre état d’esprit. C’est le travail d’introspection que vous faites, ce sont les apprentissages que vous réalisez grâce aux autres, aux expériences que vous vivez, aux livres que vous lisez, aux formations que vous assistez. Sans ces apprentissages soutenus, vous n’élargissez pas votre perspective sur la situation et n’affinez pas votre compréhension des problèmes, ce qui aura tendance à augmenter votre sentiment d’impuissance.

Photo_2_isabelle_jardin

4) La contribution sociétale

Quelle est l’activité que vous vous engagez le plus à faire durant votre semaine? Pourquoi le faites-vous? En dehors de cette activité principale, quelles sont vos passions, vos loisirs?

La réponse à ces questions vous donnera des indications sur votre mission, ou votre contribution unique à la société en ces temps de crise. Nous avons tous·tes des compétences, des forces et des intérêts qui peuvent être mis à contribution pour régler une partie du problème.

5) La créativité, l’expression de soi et la mobilisation

Ce cinquième pilier est possiblement celui qui est le plus mis de côté, mais c’est pourtant l’un des plus importants. Les êtres humains ont besoin de s’exprimer et de créer. Cela nous permet d’extérioriser ce qui vit en nous et de le montrer au monde pour l’inspirer. Ces activités sont essentielles pour revenir au moment présent, extérioriser les émotions du passé qui n’ont pas encore été libérées et gagner en clarté sur le futur.

Photo_3_dessin_article_Isabelle

Que ce soit par l’écriture, les arts visuels, les prises de parole, le design… vous devez trouver un moyen de vous exprimer pour pouvoir mobiliser l’énergie en vous et autour de vous.

6) Routines de décharge émotionnelle et de connexion à la nature

Finalement, le sixième pilier, et non le moindre, renvoie à la notion de connexion à ce qui est plus grand que soi. Quand je parle de routines de décharge émotionnelle, je fais référence aux rituels de passage, aux exercices de lâcher prise, de gratitude, ou encore aux pratiques de méditation, d’exercices de respiration, d’écriture automatique (écriture intuitive) et de bains de nature.

Ces activités ont un pouvoir guérisseur pour l’âme, nous gardent concentré·e sur l’essentiel et alignent nos actions avec de nos valeurs profondes. Elles sont à mettre le plus souvent possible à votre horaire, car c’est ce qui bâtit votre résilience et cultive l’espoir sur le long terme.
Ces six piliers à intégrer ou peaufiner dans votre vie vont vous soutenir dans votre processus d’adaptation face aux crises en vous permettant de retrouver l’énergie nécessaire pour mettre en place des solutions concrètes. Et vous constaterez, au passage, que vos symptômes d’écoanxiété se sont apaisés, et que ce qui en reste est ce qui vous propulse au quotidien.

Photo_4_bain_foret

Pour en savoir plus

Éco-motion vient tout juste de lancer son programme signature, Le Canot, spécialement conçu pour les gens de tous âges qui ont de fortes valeurs écologiques et qui sont à la recherche de solutions d’adaptation, d’outils pour mieux vivre la crise et de soutien social pour se sentir moins seul·e·s.

Le programme se déroule sur 10 semaines et inclut 5 ateliers en direct et disponible en rediffusion pendant 6 mois, ainsi que 4 modules de théorie/renforcement des capacités de moins de 30 minutes chacun à écouter/visionner lorsque vous prenez votre café le matin ou encore en faisant une tâche ménagère.

Au terme du parcours, les participant·e·s se sentent plus confiant·e·s envers les autres et l’avenir, ont développé des outils pour augmenter leur résilience face aux crises, communiquent et mobilisent plus efficacement leur entourage et comprennent mieux leur rôle unique dans la transition socioécologique.

Pour joindre le programme, c’est ici : www.collectif-ecomotion.org/lecanot



Lauréate Cap sur l’action 2021

Isabelle Béliveau

Isabelle s’intéresse notamment à la psychologie sociale, aux neurosciences et aux écoémotions et propose une nouvelle façon de parler du climat pour diminuer l’évitement et l’impuissance. Bachelière en Études de l'environnement et militante pour le climat, elle a notamment été coordonnatrice de la CEVES Sherbrooke et a fondé l'organisme à but non lucratif Éco-motion dont la mission est d’accompagner les personnes et les organisations dans le développement de leur résilience face aux changements socioécologiques.

Voir tous les articles...

Sur le même thème :


Contactez-nous

Tous les Jours / Jour de la Terre

5818, boulevard Saint-Laurent
Montréal (Québec) H2T 1T3 Canada

Téléphone : (514) 728-0116
Sans frais : 1 800 424-8758
Télécopieur : (514) 303-0248
Courriel: info@jourdelaterre.org