Blogue et nouvelles

Aménagement urbain

jour_de_la_terre_quebec_qc_blogue_article_trucs_astuces_cornelia_garbe_terrasse_mile_end_verdissement_plantation

La plus belle terrasse du Mile End [3/4]

20 juillet 2017 | Par Cornelia Garbe
Aménagement urbainTrucs et astuces

VERDISSEMENT POUR UNE TERRASSE NOURRICIÈRE ET FLEURIE

La course aux terrasses en été à Montréal, c’est un classique. Il n’y a rien de mieux pour l’apéro que de sortir ses lunettes de soleil et siroter un verre de blanc nature entre les bacs à fleurs et les touristes. Quand on retrouve le même environnement bucolique au bureau, on n’est pas trop triste de ne pas passer tout l’été à Old Orchard! Le Jour de la Terre possède sans contredit une des plus belles terrasses du Mile End. On a donc pensé vous raconter l’histoire de notre terrasse en 4 articles et peut-être vous inciter à en aménager une aussi charmante dans votre coin.


Quel plaisir de pouvoir créer un nouvel espace vert à son image! Derrière le bureau du Jour de la Terre, où il n’y avait que du béton et du gravier (ce qui, on s’entend, ne nous ressemble pas trop), puis une galerie de bois assez accueillante grâce au soutien du Groupe BMR, pousse au rythme de l’été une grande variété de plantes soigneusement choisies qui transformeront bientôt la toute nouvelle terrasse en petite oasis verte. Quoi de mieux pour donner un peu de repos à l’esprit dans un milieu de travail dynamique et en constante évolution!

Viennent tout de suite une panoplie de questions quand on veut s’attaquer au verdissement d’un espace : COMMENT planter et surtout, QUOI?

Afin d’éclairer ces questions et de permettre aux occupants de l’espace de se l’approprier tranquillement, la première étape était de créer un sondage auprès de l’équipe du Jour de la Terre afin de connaître leurs idées, leurs rêves, leurs attentes. C’est ainsi que nous avons pu établir quatre principaux objectifs. Nous souhaitions nous offrir :

  • Un jardin comestible pour agrémenter les pauses lunch;
  • Un jardin fleuri au plaisir de l’équipe et des insectes pollinisateurs;
  • Une bulle verte et fraîche qui offre un peu d’intimité;
  • Un espace vert qui ne demande pas trop d’investissements (coûts et temps) chaque année.

Un jardin comestible qui pousse dans tous les sens

Bien entendu, une fois que l’idée du jardin comestible était lancée, toute l’équipe s’est emballée – peut-être même un peu trop. Il a fallu rappeler les contraintes spatiales de notre terrasse lorsque les pommiers, cerisiers et autres grands arbres fruitiers ont été abordés.

Heureusement, les bacs à fleurs de notre terrasse, d’assez grandes dimensions, ont la capacité d’accueillir des arbustes : ces généreux fournisseurs de baies qui ne demandent presque aucun entretien (clin d’œil à notre quatrième objectif). Nous avons choisi de planter cinq arbustes différents pour avoir une bonne diversité de petits fruits tout au long de l’année.

jour_de_la_terre_quebec_qc_blogue_article_trucs_astuces_cornelia_garbe_terrasse_mile_end_verdissement_plantation_arbustesDe gauche à droite : les groseilles de maquereaux, les bleuets et les groseilles que nous avons plantés.

Le début de la saison des baies est marqué par un nouvel arrivant dans nos assiettes : la camérise. Il s’agit d’un arbuste indigène du Japon et de la Russie qui s’adapte très bien à nos milieux et est très facile à cultiver. Nous avons pu goûter dès la mi-juin à ces fruits qui ressemblent à des bleuets curieusement allongés et qui en bouche, mélangent le goût du bleuet avec celui de la framboise. Un délice!

Depuis, nous commençons à voir des changements dans la couleur des bleuets qui devraient très bientôt arriver à maturité. Par la suite, nous goûterons aux groseilles et groseilles de maquereaux, puis finalement aux framboises.

Outre les arbustes, il y a une panoplie de plantes nourricières qui peuvent persister pendant plusieurs années. Nous avons ajouté à notre terrasse des fraisiers, de la ciboulette et de la menthe. Cette dernière par contre doit se contenter de vivre à côté des bacs à fleurs, dans un pot en solo, en raison de son caractère fort invasif. Malgré notre souhait de réduire les investissements printaniers, nous avons gardé de l’espace pour quelques annuelles, ayant ainsi le plaisir de goûter aux tomates, basilics, poivrons et aubergines.

jour_de_la_terre_quebec_qc_blogue_article_trucs_astuces_cornelia_garbe_terrasse_mile_end_verdissement_plantation_potagerOn voit bien les plants de tomates, les fraisiers, la ciboulette et la courge qui s’étend sur le banc. À l’arrière, ce sont des poivrons et des aubergines qui occupent l’espace.

Dans l’esprit d’économiser l’espace et d’optimiser le verdissement, nous avons su greffer au jardin d’autres plantes à caractère grimpant ou pendant à des endroits stratégiques. Des concombres, plantés aux bords des bacs, pourront continuer leur croissance à l’extérieur des bacs et n’ajouteront ainsi aucune compétition au niveau de l’espace aérien pour les autres plantes. Des grimpantes plantées à côté des poteaux de la pergola courront sur la structure, créant ainsi un peu d’intimité, une ombre fraîche, diffuse et agréable, tout en couvrant davantage l’espace vertical de verdure. Pour ce mandat, nous avons choisi le houblon (au plaisir de nos collègues brasseurs de bière) et les kiwis. Eh oui, ça existe des kiwis rustiques au Québec! Les fruits restent plus petits que ceux que l’on peut acheter en épicerie et ils sont moins sucrés, mais la plante est magnifique en soi et elle grimpe assez vite.

jour_de_la_terre_quebec_qc_blogue_article_trucs_astuces_cornelia_garbe_terrasse_mile_end_verdissement_plantation_vigneÀ gauche grimpe le houblon et à droite le kiwi où on voit déjà un petit fruit.

Des fleurs au bénéfice de tous

Bien sûr, nous ne pouvions pas nous imaginer une terrasse sans fleurs. Mis à part les formes et les couleurs, nos choix étaient d’abord guidés par la facilité d’entretien. La robustesse envers la sécheresse est un point qui nous tenait particulièrement à cœur. Comme le bureau se retrouve la plupart du temps désert la fin de semaine, nous ne voulions pas arriver un lundi matin et retrouver le jardin décimé.

L’attrait des plantes pour les insectes est un autre enjeu qui nous préoccupait. Nous souhaitions inviter des papillons et autres pollinisateurs à partager notre bulle verte. Ainsi nous avons choisi pour notre terrasse des échinacées, de la sauge, des marguerites, des violettes, des mauves, de la gaillarde, et bien d’autres plantes mellifères.

Évidemment, nous partageons le souci de préservation du papillon monarque, ce grand voyageur qui fait un aller-retour annuel Québec – Mexique. Or, depuis 2002 ses populations ont diminué de 90 %. Ceci est entre autres dû à la disparition de son unique source d’alimentation : l’asclépiade. C’est ainsi que nous avons ajouté des asclépiades tubéreuses au jardin. Elles font définitivement figure de vedettes dans les bacs avec leurs fleurs dégradées du jaune au orange vif.

jour_de_la_terre_quebec_qc_blogue_article_trucs_astuces_cornelia_garbe_terrasse_mile_end_verdissement_plantation_fleursÀ gauche complètement, une abeille butine dans l’asclépiade. Les marguerites, les pensées, les chrysanthèmes et les échinacées au loin se partagent le centre de l’image. À droite, les hydrangées, seules vedettes de leur bac.

Ce n’est que depuis le mois de mai que nous profitons de ce nouvel espace, mais la vie au bureau a déjà bien changé! Nous nous trouvons devant une surprise presque tous les jours : une nouvelle fleur s’est ouverte, un nouveau fruit est mûr, un beau papillon se réjouit du nectar d’une de nos plantes et de plus en plus de réunions se tiennent dehors.

N’avez-vous pas un petit coin dans votre cour ou sur votre terrasse qui pourrait héberger des plantes comestibles ou des fleurs ? Le plaisir et les bénéfices procurés sont multiples et s’avèrent bien plus grands que le travail investi.

jour_de_la_terre_quebec_qc_blogue_article_trucs_astuces_cornelia_garbe_terrasse_mile_end_verdissement_plantation_general

DÉCOUVREZ LES PRÉCÉDENTS ARTICLES DE LA SÉRIE :



Chargée de projets – 375 000 arbres / On frêne!

Cornelia Garbe

Écologiste forestière de formation, Cornelia est responsable du programme 375 000 arbres et se met au défi de planter chacun de ces arbres avec le plus grand soin en mettant de l’avant la biodiversité et la durabilité des plantations. Dans son temps libre, Cornelia change souvent du mode bipède au mode bicycle et pédale fort pour amener sa famille au coeur d’une forêt.

Voir tous les articles...


Partagez vos commentaires





Sur le même thème :


Contactez-nous

Tous les Jours / Jour de la Terre

5818, boulevard Saint-Laurent
Montréal (Québec) H2T 1T3 Canada

Téléphone : (514) 728-0116
Sans frais : 1 800 424-8758
Télécopieur : (514) 303-0248
Courriel: info@jourdelaterre.org