Blogue et nouvelles

À ne pas manquer

Image_Une_blogue_3

Vendredi fou : des alternatives lumineuses à une journée sombre pour la planète

23 novembre 2021 | Par Kim Méthot
À ne pas manquerRéduction

La réputation du Black Friday, ou Vendredi Fou, n’est plus à faire. Des images de consommateurs·trices en ligne d’attente depuis les petites heures du matin de ce vendredi suivant l’Action de grâce américaine et qui seront prêt·e·s à littéralement se battre pour des articles en rabais font le tour du monde chaque année. Au Canada, si les manifestations sont plus modérées, un grand nombre de personnes sortiront également leur carte de crédit en ce jour-là.

LES DÉBUTS DE LA COURSE À LA CONSOMMATION

D’où nous vient cette tradition ancrée dans la surconsommation? Depuis les années 1970, le Black Friday marque le début des achats des fêtes de Noël en poussant à profiter des rabais offerts à cette période. Depuis l’essor d’Internet, le magasinage en ligne – exacerbé par la pandémie de Covid-19 – a quant à lui propulsé la popularité du Vendredi Fou au rang de phénomène mondial. Les consommateurs·trices attendent cette journée afin de profiter de rabais substantiels sur des articles électroniques ou encore de l’équipement sportif et des produits de beauté. À titre d’exemple, les Québécois·e·s  dépensent en moyenne plus de 300$ par personne… Pourtant qu’en est-il réellement des économies réalisées?

Black_Friday_article_Kim

Eh bien, selon une étude réalisée en France qui s’est penchée sur les rabais offerts les semaines avant le jour du Black Friday, la moyenne des réductions offertes le jour J serait en réalité inférieure à 2%. De plus, quand on pense au fait que par exemple, un téléviseur nécessite 2,5 tonnes de matières premières et émet autant de GES qu’un vol Montréal-Halifax, et que la plupart des foyers possèdent plusieurs téléviseurs, on comprend que la surconsommation d’articles électroniques de ce type est très dommageable pour la planète. Peut-on en conclure qu’il s’agit donc d’un coup de marketing bien ficelé pour pousser les gens à consommer sans réfléchir? Fort probablement.
Est-ce une fatalité? Absolument pas!

L’ÉMERGENCE DE MOUVEMENTS ALTERNATIFS

Des contre-mouvements à cette grande messe de la surconsommation commencent à voir le jour. Le premier contre-mouvement à apparaître fut au Canada! En effet, en 1992, le mouvement Buy Nothing Day émerge en réponse au Vendredi Fou, et propose aux gens de simplement ne rien acheter. Quelques années plus tard, le collectif français Green Friday a été fondé. Un peu plus engagé que le Buy Nothing Day, le collectif vise à faire réfléchir les consommateurs sur leur pouvoir d’achat en leur suggérant d’opter pour des alternatives écoresponsables, locales et biologiques, dans la mesure du possible.

Black_Friday_Article_Kim_2

Le Green Friday, ou Vendredi vert, nous invite à devenir des consom’acteurs·trices, c’est-à-dire de faire des choix éclairés dans leur consommation. Il s’agit d’abord de bien définir nos besoins réels : tout d’abord, ai-je vraiment besoin de l’objet que je m’apprête à magasiner? Si la réponse est oui, on peut ensuite se demander si on peut emprunter cet objet ou l’acheter de seconde main. Si ces options ne sont pas possibles, on peut alors se tourner vers les marques labellisées qui encouragent des matériaux écoresponsables et des pratiques de fabrication éthiques, et vers des marques locales. Je vous parle justement de l’importance de réfléchir à l’empreinte environnementale de sa garde-robe dans un article précédent. Aussi, il faut garder en tête que les achats en ligne génèrent énormément de pollution, à cause du transport et de l’emballage ; il est donc souvent mieux d’opter pour un magasinage en magasin, surtout si on s’y rend en transport actif ou en commun!

Toujours dans l’esprit de proposer des alternatives au Vendredi fou, quelques commerçant·e·s offrent même, non pas un rabais, mais une remise de 15% par achat à des associations engagées pour une consommation durable. Privilégiez donc les compagnies qui voient au-delà des rabais pour préserver notre environnement et nous aider à penser nos habitudes de consommation autrement!

Photo_Black_Friday

L’idée générale du Green Friday et de toutes les initiatives qui en découlent est donc de consommer de manière consciente et responsable (ou de ne pas consommer du tout si on n’en a pas le besoin !) en opposition à la surconsommation effrénée et pas du tout soutenable du Vendredi fou. En vous souhaitant un bon Vendredi vert, le rendez-vous pour garder les pieds sur terre :)

 



Coordinatrice – Distribution d’articles écologiques

Kim Méthot

Ayant passé ses étés d’enfance en camping dans les forêts du Québec, Kim a rapidement compris l’interconnexion et la fragilité de notre environnement. Elle cherche au quotidien les moyens de réduire son impact sur la planète et espère qu’en montrant l’exemple, d’autres emboiteront le pas. Passionnée de cuisine, Kim rêve un jour d’avoir son grand jardin afin de tendre le plus possible vers l’autonomie alimentaire.

Voir tous les articles...

Sur le même thème :


Contactez-nous

Tous les Jours / Jour de la Terre

5818, boulevard Saint-Laurent
Montréal (Québec) H2T 1T3 Canada

Téléphone : (514) 728-0116
Sans frais : 1 800 424-8758
Télécopieur : (514) 303-0248
Courriel: info@jourdelaterre.org