Blogue et nouvelles

À vos frigos

jour_de_la_terre_canada_blogue_conservation_aliments_louis_philippe)potvin_2

La conservation alimentaire expliquée simplement

27 mars 2020 | Par Louis-Philippe Potvin
À vos frigosTrucs et astuces

Si vous en avez assez de trouver du moisi sur vos concombres libanais et de retrouver votre coriandre à l’état d’algue, vous serez peut-être intéressés par ces quelques notions sur la conservation de vos aliments.

« L’effet aquarium » des emballages alimentaires

En arrivant de l’épicerie, est-il permis de croire que l’on peut déposer naïvement nos emplettes au réfrigérateur et espérer que le tout se conserve sans efforts supplémentaires ? Hélas, la plupart des emballages conçus pour la distribution et la vente contribuent peu à la conservation de nos aliments. En fait, certains sont même nuisibles, car ils ont tendance à emprisonner les molécules d’eau émises par les végétaux dans un milieu qui finit par ressembler plus à un aquarium qu’un emballage alimentaire. Un aquarium, c’est mouillé, et il y a parfois des algues qui poussent sur les parois, c’est donc une analogie un peu tordue qui saura vous faire comprendre l’enjeu dont il est question ici ! Si vous chérissez vos végétaux autant que moi, jamais plus vous ne les laisserez souffrir dans un environnement suffocant. Par amour pour eux (et pour votre portefeuille), vous les libérerez de leur emballage original dès votre arrivée. Des champignons laissés dans une atmosphère hermétique finiront mous et ultimement moisis, alors qu’une fois la pellicule plastique percée ou retirée, ils respireront à nouveau ! « Quoi ? Mes légumes respirent ? » Bien-sûr ! C’est d’ailleurs ce que nous explique Anne-Marie Desbiens dans son merveilleux livre « Mieux conserver ses aliments pour moins gaspiller » avec cette formule chimique aux allures élaborées :

Sucre + oxygène == > gaz carbonique + énergie + eau + chaleur

En gros, si vous êtes un végétal qui a été retiré de son plant, vous allez continuer de respirer en utilisant votre sucre pour le combiner à l’oxygène de l’air, ce qui produira entre autres, de l’eau.

Absorber l’humidité

Si on veut éviter « l’effet aquarium », cette eau transpirée doit être absorbée par un medium, ou égouttée dans une cavité hors de portée de vos végétaux. Un truc fort simple pour prévenir un surplus d’humidité ? Enrobez vos légumes feuilles, pousses et herbes fraîches dans un linge à vaisselle propre que vous glisserez dans un sac hermétique. Vous sauverez ainsi la vie d’un nombre incalculable de légumes. Mme Desbiens, de son côté, nous suggère de placer un linge sec au fond d’un contenant transparent et de laisser son couvercle entre ouvert. La respiration peut donc continuer à avoir lieu sans les effets indésirables ! C’est simple, et en plus, ça marche ! En prime, si vous oubliez vos herbes dans ce type d’emballage, vous les aurez tout simplement déshydratés. Évidemment, réhydrater de la verdure dans de l’eau froide, c’est moins gênant que de trier entre des feuilles saines et d’autres moisies !

jour_de_la_terre_canada_blogue_conservation_aliments_louis_philippe)potvin

Submerger dans l’eau

Certains légumes qui ont été épluchés ou coupés, comme les carottes, panais, céleris et radis peuvent être carrément submergés dans l’eau jusqu’à temps qu’ils soient consommés. En effet, l’eau permet d’inhiber le processus d’oxydation, ce qui évite qu’elles ne brunissent. C’est ce qu’explique l’excellent site web Sauve ta bouffe, qui a nouvellement paru un livre à ce sujet. Vous pouvez faire la même chose avec des pommes et de poires coupées, qui ont tendance à brunir très vite. En symbiose avec ce médium, ces légumes ne risquent pas de se gâcher, à condition que l’eau soit changée régulièrement !

Réutiliser ses sacs hermétiques

Sur le marché, vous pouvez aussi vous procurer des sacs hermétiques perforés. Mais si vous réutilisez déjà vos sacs hermétiques, vous en aurez sûrement quelques-uns à trouer vous-mêmes avec un ciseau ! Cette stratégie d’entreposage est basée sur les mêmes principes d’humidité discutés précédemment et est hautement efficace. Voici une liste des principaux légumes qui pourraient s’y retrouver pour ensuite être déposés dans le bac à légumes : laitue, mesclun épinards, brocoli, bette à carde, aubergine, poireaux, poivrons, radis, et céleri-rave. Quant aux sacs en papiers, ils peuvent accueillir des champignons, endives, et topinambours. Le papier aura comme fonction de retenir la bonne quantité d’humidité sans retenir trop d’eau.

Pour finir, rappelons-nous qu’un tiroir à légumes de réfrigérateur est conçu pour être au ¾ plein de sorte que l’humidité contenue dans les aliments se libère suffisamment pour créer un environnement propice à la conservation.
Comme toujours, la meilleure façon de valider cette information est en la mettant en pratique. Bonne chance dans vos essais et longue vie à vos fruits et légumes !



Expert de la lutte contre le gaspillage alimentaire

Louis-Philippe Potvin

Convaincu du pouvoir de l’alimentation comme vecteur de changement positif, il inspire son entourage à favoriser une diète saine et équilibrée, le rendant maître de sa destinée. Pour lui, transformer le monde dans lequel nous vivons en un écosystème plus résilient se fait quotidiennement, une assiette à la fois.

Voir tous les articles...



Sur le même thème :


Contactez-nous

Tous les Jours / Jour de la Terre

5818, boulevard Saint-Laurent
Montréal (Québec) H2T 1T3 Canada

Téléphone : (514) 728-0116
Sans frais : 1 800 424-8758
Télécopieur : (514) 303-0248
Courriel: info@jourdelaterre.org