Blogue et nouvelles

Gestion des matières résiduelles

Resize for Blog 1

De l’or dans nos bacs de récupération

22 février 2022 | Par Mélissa Aumont-Rodrigue
Gestion des matières résiduellesRéduction

On trie nos emballages plastiques et nos boîtes de mouchoirs à la maison, sans trop savoir ce qui en sera fait et sans connaitre la valeur de ce qu’on met dans nos bacs. Ceux que l’on appelle “déchets” peuvent pourtant devenir de précieuses ressources pour créer de nouveaux produits. Comme de récentes recommandations du BAPE le suggèrent, l’économie circulaire devrait devenir le modèle prioritaire au Québec.

Et cela implique de reconnaître la valeur de ces matières, en tant qu’individu·e·s et que société. C’est pourquoi tout le monde devrait se sentir concerné lorsque l’on parle de gestion des matières résiduelles. Alors que met-on au bac, pourquoi et comment aborder la suite?

De l’or dans nos bacs de recyclage

La valeur des différentes matières de notre bac fluctue énormément à travers les années. Ce qui ne change pas, c’est que si le tri à la source et en centre est de qualité, notre recyclage peut valoir de l’or.

On retrouve principalement les fibres, c’est-à-dire le papier et le carton qui représentaient 82% des matières sortant des centres de tri en 2018. Elles sont souvent retransformées en pâte à papier ou finissent en mouchoirs et papier hygiénique lorsque de moins bonne qualité.

Resize for Blog 2

Les métaux sont recyclables (presque) à l’infini, ce qui en fait une ressource qui peut être réutilisée avec peu de perte de qualité et donc de valeur! Comme les coûts (en argent, mais aussi environnementaux) sont élevés pour extraire les métaux du sol, il est préférable de les récupérer et de les recycler pour en faire de nouveaux produits qui pourront eux aussi être recyclés, etc. Les items avec la plus grande valeur sont les cannettes en aluminium, d’où la fameuse consigne qui assure un tri de qualité et un retour en circulation de ce matériau prisé.

Le casse-tête des plastiques

Les plastiques sont de composition variée, d’où la nécessité de les numéroter de 1 à 7 pour les identifier plus facilement! Certains sont compliqués à gérer pour les centres de tri :

• La catégorie “fourre-tout” #7 comprend par exemple les plastiques dits “compostables”, qui ne le sont pas vraiment au Québec et qui contaminent recyclage et bac brun.

• Le numéro 6, lui, a la particularité d’être très léger (et cassant), c’est d’ailleurs comme ça que vous pouvez apprendre à le reconnaitre! Il n’est pas rentable sur le marché des matières de seconde-main, où beaucoup de transactions se font au poids.

• Même problème pour les plastiques souples comme les sacs à pain ou les sacs d’épicerie. Ils ont une valeur négative sur le marché, ce qui revient à dire que les centres de tri devraient payer un recycleur pour qu’ils les prennent. Ce qui, évidemment, n’est pas viable.

Les prochaines lois interdisant les plastiques à usage unique ont donc beaucoup de sens puisqu’elles vont dans le sens de la réduction de déchets qui ne peuvent pas être valorisés.

Resize for Blog 3

En revanche, des plastiques de qualité comme le #1 (PET) et le #2 (HDPE) peuvent se vendre plus de 1000$ la tonne. Ils ont une bonne durabilité et donc plusieurs débouchées sur le marché du plastique recyclé. Comme pour l’aluminium, la consigne sur les bouteilles de boissons permet d’assurer une partie de sa récupération. Et l’élargissement de la consigne prévu en 2023 aura d’ailleurs comme objectif d’améliorer la récupération de ce précieux plastique #1.

Le marché du plastique recyclé est considérable, puisqu’il vaut environ 350 millions de dollars au Canada. Il est donc primordial de s’y attarder en tant que société.

Et le verre dans tout ça?

Finalement, le verre qui a tant fait parler de lui dans la province! Une quantité à la baisse, mais toujours impressionnante de verre (78 000 tonnes) a été envoyée directement à l’enfouissement en 2018 vu la difficulté qu’ont les centres de tri à les traiter. Par contre, la totalité du verre qui est effectivement traitée est acheminée à des recycleurs québécois! Ce verre peut servir à la composition du ciment, de la laine minérale ou même du paillis ornemental en plus de refondre des bouteilles et des contenants.

Pour éviter la dépense d’énergie nécessaire au recyclage du verre, la réutilisation est à prioriser, d’autant plus que le verre est un matériau résistant et facilement nettoyable. Pensez aux bouteilles brunes à remplissages multiples!

Resize for Blog 4

Pour avancer dans le domaine de la gestion des matières résiduelles, il faut changer notre vision linéaire des matières (extraction, production, consommation et élimination) et plutôt considérer leur circularité : production, consommation, récupération, recyclage, production, etc.

Un travail qui passera par un changement de nos habitudes à la maison mais aussi par l’implication des commerces et industries qui représentent 22% du recyclage entrant en centre de tri au Québec. Dans cette perspective, nous accompagnons notamment les marchands IGA à travers tout le Québec et le Nouveau-Brunswick pour soutenir leurs actions vers la réduction et la valorisation.

Et maintenant, voyez-vous toujours votre bac du même œil?

Sources

Les données chiffrées fournies sur les quantités de matières sont issues du « Bilan 2018 de la gestion des matières résiduelles » et les prix des matières recyclables mentionnés proviennent d’une présentation de Recyc-Québec dans le cadre du Colloque sur la gestion des matières résiduelles 2021.



Coordonnatrice — Gestion des matières résiduelles – Remplacement de congé maternité

Mélissa Aumont-Rodrigue

Avec ses études en biologie et en gestion de l’environnement, Mélissa souhaite participer à la protection de l’environnement par la conscientisation, la sensibilisation et la mobilisation des différents acteurs de la société. Elle entend donc s’attaquer de front à l’enjeu des matières résiduelles puisqu’il constitue une grande menace pour les milieux naturels et urbains, et ainsi pour les espèces qui y vivent. Entre deux séries télé, Mélissa aime prendre soin de son chat et découvrir de nouveaux produits zéro déchet!

Voir tous les articles...

Sur le même thème :


Contactez-nous

Tous les Jours / Jour de la Terre

5818, boulevard Saint-Laurent
Montréal (Québec) H2T 1T3 Canada

Téléphone : (514) 728-0116
Sans frais : 1 800 424-8758
Télécopieur : (514) 303-0248
Courriel: info@jourdelaterre.org