Blogue et nouvelles

À vos frigos

Image_Blogue_AVF_novembre

Manger de saison : Que reste-t-il de novembre?

9 novembre 2021 | Par Camille Dussault
À vos frigosTrucs et astuces

Il est de nouveau là, ce mois sombre et pluvieux qui nous donne, à toutes et à tous, une furieuse envie de chocolat ou d’un plat gratiné pour nous réconforter. Sauf que… que reste-t-il vraiment à cuisiner en novembre? Sommes-nous déjà condamné·e·s aux patates et aux carottes pour le reste de la saison? Mais non! Ne vous en faites pas, il reste encore tout plein de merveilles qui sortent de nos champs à (re)découvrir. Et c’est le temps d’en faire des provisions pour ne pas trop s’ennuyer jusqu’à la saison prochaine. Au Québec, ce ne sont pas seulement les vêtements qu’il faut adapter au rythme des saisons, mais également notre alimentation! Voici un rapide tour de table des dernières récoltes à savourer. En novembre, découvrons…

Le topinambour

Topinambours_AVF_novembre

Est-ce du gingembre? Une patate? Mais qu’est-ce que ce tubercule naturellement biscornu? Le topinambour! Merveilleux légume d’hiver, il est disponible de novembre à février et gagne à être connu pour son délicieux goût de cœur d’artichaut. En soit, on peut l’utiliser comme une patate, c’est-à-dire à toutes les sauces! Rôti au four, poêlé, en gratin, en purée, en potage, cru en salade, laissez-vous tenter par sa versatilité. Le topinambour est même un pro de l’anti-gaspi puisqu’il n’est pas nécessaire de le peler s’il est frais. Il suffit de le nettoyer, de le brosser et de l’arroser d’un peu de jus de citron pour éviter l’oxydation un fois coupé. On peut l’éplucher lorsqu’il commence à brunir pour le côté esthétique, mais sauter cette étape vous évitera bien des désagréments (n’oubliez pas qu’il est biscornu le topinambour)!

Conservation

• Au frigo: dans un sac de papier ou un contenant hermétique, pendant plusieurs semaines voire mois
• Au congélo : lavés, épluchés, en dés, sur une plaque puis dans un contenant ou sac hermétique.

De plus, une fois cuit, il est conseillé de le manger rapidement car il n’aime pas être réchauffé et il devient vite indigeste. La solution pour ne pas le perdre : en faire une purée et la congeler!

Fait intéressant : apparemment, après chaque bouchée de topinambour, votre boisson aura un goût sucré. Est-ce vraiment vrai? À vous de vérifier! Autre fait intéressant, les topinambours contiennent beaucoup d’inuline (fibre alimentaire), faites attention à la quantité que vous consommez, vos intestins pourraient se rebeller.

L’ail

Photo_AVF_3

Je ne le répéterai jamais assez, l’ail du Québec est un joyau qu’il faut aimer, chérir, partager, acheter et bien sûr conserver! Pourquoi me demandez-vous? Parce qu’il aura bien meilleur goût que celui importé de Chine ou de l’Espagne. L’essayer, c’est l’adopter! D’ailleurs, adaptez vos recettes, une moins grande quantité est nécessaire grâce à son goût plus fort et piquant. Disponible de fin juillet à fin janvier, l’ail du Québec se conservera également plus longtemps (jusqu’à 12 mois selon la variété). Mais on peut trouver de l’ail toute l’année à l’épicerie me dites-vous? Oui, mais ce dernier aura parcouru plusieurs milliers de kilomètres et aura subi des changements de température affectant sa conservation et accélérant sa germination! De plus, l’ail québécois est souvent cultivé avec moins de pesticides grâce aux normes plus strictes. En 2017, on estimait que 90% de l’ail consommé au Québec était importé. Changeons cette donnée, il n’y a que de bonnes raisons de la faire, pour la planète et nos papilles!

Conservation

• PAS au frigo!
• Endroit frais et sec, à l’abri de la lumière (les endroits humides le feront germer)
• Au congélateur : bouillir les gousses avec la peau et réduire en purée avec de l’huile (astuce: utiliser des contenants à glaçons pour le portionner et faciliter son utilisation)

Le chou de Bruxelles

Photo_AVF_1

Comme dans tous les choux, ceux de Bruxelles contiennent du souffre et c’est ce qui fait que certaines personnes ne les apprécient pas du tout. Une solution très simple s’offre au cuisto familial qui les adore mais dont la petite tribu en raffole moins : tout simplement ne pas trop les faire cuire! En plus, ça permet de garder tous les bons nutriments qu’ils contiennent. N’hésitez pas à le couper finement pour l’intégrer cru à une salade, en faire une poêlée avec des dattes et oignons rouges, le marier avec du fromage en gratin ou tout simplement les rôtir au four avec du miel et des noix.

Astuce anti-gaspi:

Comme pour la plupart des choux, lorsque les feuilles du dessus jaunissent, il suffit de les retirer pour découvrir un cœur complètement intact. Lors de la découpe de ce légume, il arrive que quelques feuilles tombent. Ces dernières seront délicieuses assaisonnées et grillées au four avec de l’huile pour en faire des chips!

Conservation

• Au frigo: On peut les placer directement dans le bac à légume couvert d’un linge propre ou dans un sac de conservation ou un contenant hermétique pour garder l’humidité et éviter qu’ils ne se dessèchent
• Au congélo: blanchis, séchés, dans un contenant hermétique

La canneberge

Image_AVF_2

En plein cœur de la saison, la canneberge redonne un peu de couleurs à nos assiettes! Ce petit fruit est, selon moi, sous-exploité au Québec tout comme ses compatriotes acidulés l’argousier, le cassis et la chicoutai (informez-vous, ces baies sont également délicieuses). N’hésitez pas à intégrer la canneberge dans votre quotidien, autant pour sa grande teneur en antioxydant que pour son goût acidulé et unique. D’ailleurs, vérifiez bien la provenance de votre petit fruit pour vous assurer d’encourager les producteurs locaux. Le Québec se classe premier mondial pour sa production de canneberges biologiques, profitons-en! Dans les desserts, les salades, les mijotés, les cocktails, en jus, en sauce, séchées ou crues…. tout est possible! Le jus pur sans sucre peut même remplacer le citron dans vos recettes. Et pourquoi ne pas les essayer en salade avec les choux de Bruxelles tiens? Ou dans des muffins à la semoule de maïs, érable et noix, vous m’en donnerez des nouvelles.

Conservation

• Au frigo : une autre championne de l’anti-gaspi : peu d’efforts pour une longue durée de conservation, dans leur emballage d’origine ou dans un contenant hermétique, elles se garderont jusqu’à 3 mois.
• Déshydratées: température ambiante, à l’abris de la lumière, jusqu’à un an
• Au congélo : ne pas laver, dans un contenant hermétique, jusqu’à un an

J’espère avoir détrompé les maussades qui croyaient que novembre rimait avec légumes racines. Je vous garde la surprise de savoir comment bien cuisiner et conserver ces derniers pour une prochaine lecture!

P.s. Pour ceux qui ont encore une citrouille à moitié décorée qui traîne sur votre comptoir, c’est le temps de vous inspirer! Consultez l’excellent article de ma collègue April ici pour découvrir ses judicieux conseils pour ne rien mettre au compost (ou presque).

Petite liste (non exhaustive) des stars de novembre

• Betterave
• Fin du brocoli
• Céleri-rave
• Chou chinois et autres choux
• Courge
• Endive et chicorée
• Navet, rabioles, rutabagas
• Oignons
• Patate douce
• Poireau
• Pomme
• Pomme de terre



Conférencière – À vos frigos !

Camille Dussault

Aventureuse, Camille s’implique avec enthousiasme dans les projets qui lui tiennent à cœur et carbure au café et au soleil pour relever ces nouveaux défis. Elle est reconnue par son entourage pour sa passion des légumes et ne rate jamais une occasion de vous cuisiner ses dernières découvertes. Ses sujets de conversation favoris : le vélo toutes saisons confondues, ses récentes lectures et Hector, le chien de son frère!

Voir tous les articles...

Sur le même thème :


Contactez-nous

Tous les Jours / Jour de la Terre

5818, boulevard Saint-Laurent
Montréal (Québec) H2T 1T3 Canada

Téléphone : (514) 728-0116
Sans frais : 1 800 424-8758
Télécopieur : (514) 303-0248
Courriel: info@jourdelaterre.org