Blogue et nouvelles

Gestion des matières résiduelles

jour_de_la_terre_canada_blogue_composter_iga

Composter à la maison, oui, mais… les autres?

17 avril 2020 | Par Karoline Bessette-Simard
Gestion des matières résiduellesTrucs et astuces

On connaît de plus en plus son bac brun et l’importance de participer au compostage des résidus alimentaires à la maison, mais qu’en est-il pour ce qu’on appelle les ICI (institutions, commerces et industries) ? En effet, les ménages ne sont pas les uniques générateurs de matières compostables. Les restaurants, les épiceries ou encore les écoles sont des acteurs importants pour détourner les matières compostables de l’enfouissement. Je te propose ici d’entrer dans l’univers des conseiller.e.s en gestion des matières résiduelles (GMR) du Jour de la Terre, pour comprendre comment ça se passe concrètement, les bacs bruns dans un commerce.

Avant de se lancer… se rappeler pourquoi on composte !

Je suis certaine que tu sais que composter c’est bien, mais te souviens-tu pourquoi ? Si on appelle ce que tu mets dans ton bac de la « matière compostable », c’est qu’elle est avant tout une « matière organique » et donc, vivante. Pour dire l’essentiel, quand cette matière (tes épluchures, tes os de poulet, ton vieux yogourt pourri – oups!) se retrouve dans ton sac de poubelle, puis dans un site d’enfouissement, on la prive de l’oxygène nécessaire à sa « saine » décomposition … et elle n’aime pas ça! C’est à ce moment-là qu’elle génère des gaz à effet de serre (GES), dont le méchant MÉTHANE, un GES cousin du célèbre dioxyde de carbone, mais 25 fois plus nuisible – bouuuh. De plus, en abandonnant les matières organiques dans les sites d’enfouissement, on se prive d’un engrais intéressant, qui lui, aiderait à réduire les GES grâce à la séquestration du carbone dans le sol.

Alors, c’est pas merveilleux ce geste du quotidien de mettre tes restes dans le bac brun ? (attention, le gaspillage alimentaire c’est une autre affaire !)

jour_de_la_terre_canada_blogue_composter_iga_2

Et la participation des commerces au bac brun ?

Il faut dire que ce n’est pas simple pour un commerce de participer à la collecte des matières compostables. Contrairement au bac brun de la maison, celui du commerce n’est pas fourni automatiquement par sa ville, et autant te dire qu’il n’est pas sans frais. Et ça, c’est quand le service de collecte des matières compostables est offert aux commerces! Car oui, dans certaines villes, ce service est offert uniquement aux résidents; les commerces doivent se tourner vers des collecteurs privés, ce qui est souvent synonyme de coûts plus élevés. Comme si ce n’était pas assez de défis, il y a des villes dans lesquelles AUCUN service de collecte n’est accessible. C’est souvent parce qu’il n’y pas d’usine ou de plateforme de compostage à proximité, et c’est bien triste. (On compatit avec nos amis des IGA à Amos, et beaucoup d’autres !)

J’aimerais quand même saluer (allo !) quelques villes qui ont de SUPERS projets de collecte de compost auprès de leurs commerces. Certaines offrent un service sans frais (Lévis) ou à très faibles coûts (Drummondville). Oui, on est d’accord que les commerces participent au financement de ce service via leurs propres taxes municipales, mais là n’est pas la question ! Ce qu’on aime, c’est le fait d’avoir un projet structurant autour de la collecte du compost et d’encourager les commerces à prendre part à ce geste environnemental.

Au-delà des coûts, il y a de gros défis logistiques et des enjeux de formation des employés dans les commerces. C’est là que devient pertinent le rôle de conseiller.e GMR.

jour_de_la_terre_canada_blogue_composter_iga_4

C’est quoi, concrètement la job d’un.e conseiller.e GMR ?

Je te l’ai expliqué, ce n’est pas facile pour un commerce d’instaurer la collecte des matières compostables. Hey bien, le rôle du conseiller c’est entre autres de rendre cela plus simple !

Fonds Eco IGA

Au Jour de la Terre, on a la chance de travailler avec 295 magasins IGA à travers le Québec et le Nouveau-Brunswick, et ce grâce au Fonds Eco IGA. Ce qui veut dire que chaque magasin a un conseiller.e attitré (mais non, ça ne veut pas dire qu’il y a 295 conseiller.e.s !), pour l’aider à mieux gérer ses déchets. En d’autres mots, il aide « ses » magasins à détourner un maximum de matières des sites d’enfouissement (tu te souviens ? je t’ai expliqué que les matières compostables dans les sites d’enfouissement : non merci !). Pour y arriver :

  • Il visite le magasin pour comprendre les enjeux logistiques et l’espace disponible dans le magasin et dans les rayons pour implanter la collecte – tu n’y as peut-être pas pensé, mais à la maison, on a une seule cuisine. Dans un IGA, il y a pas mal plus qu’une cuisine.
  • Il fait des recherches pour savoir si le service est offert par sa Ville (et si c’est gratuit !), quels collecteurs privés opèrent dans cette ville, et les services de chacun pour évaluer s’ils répondent aux besoins du IGA – je peux te dire qu’entre la quantité d’épluchures de patate que tu fais à la maison versus celle que produit un IGA, il y a une toute pitite différence. #MonPâtéChinoisEstPlusGrandQueLeTien.
  • Il offre des formations en magasin et leur donne des outils aide-mémoire personnalisés, pour aider les employés à démystifier et à mieux comprendre ce qu’ils peuvent mettre dans le bac brun! – Un employé d’épicerie a déjà ses préoccupations quotidiennes, on veut que composter soit simple comme bonjour! On veut aussi qu’il comprenne pourquoi c’est important de le faire. Une partie du travail d’un conseiller.e est donc de sensibiliser les employés à ce geste.

Psssst ! Si l’équipe des conseiller.es pouvait te parler, elle te dirait que c’est le contact avec les marchands qu’elle aime le plus !

J’entends souvent les gens dire : « c’est toujours à nous de faire notre part, et les industries ne font rien! ». Je comprends cette frustration (et la partage), mais j’espère qu’aujourd’hui j’ai réussi à t’expliquer que ce n’est pas toujours aussi simple que cela peut paraître, et que l’équipe GMR du Jour de la Terre est pas mal fière de ce qu’elle réussit à accomplir grâce à l’implication de ses marchands IGA. Et là, je t’ai parlé uniquement de matières compostables, mais l’équipe agit sur la collecte d’autres matières (on a en masse de travail, merci de t’inquiéter !)

Si tu as envie de connaître l’implication de ton IGA en termes de gestion des matières résiduelles, je t’invite à visiter cette carte. Utilise la barre de recherche de la carte pour découvrir si ton magasin est certifié Action Réduction. Une certification du Jour de la Terre en lien avec la GMR, que tu peux découvrir ici.

Si tu as aussi envie de voir un peu plus concrètement à quoi ça ressemble la gestion des matières résiduelles dans un magasin IGA, je t’invite à visionner la capsule du marchand champion de ta région, ils sont pas mal fiers d’eux, et nous aussi !

Laurentides
Montérégie
Montréal
Laval
Saguenay–Lac-Saint-Jean
Bas-Saint-Laurent
Estrie
Lanaudière



Coordonnatrice — Gestion des matières résiduelles

Karoline Bessette-Simard

Passionnée d’environnement, un seul objectif la motive : trouver des solutions simples et créatives pour protéger notre planète! Elle considère la gestion des matières résiduelles comme un champ d’action primordial, puisqu’elle concerne le quotidien de tous. Son activité préférée ? Se perdre dans le bois avec sa tente et ses amis!

Voir tous les articles...

Sur le même thème :


Contactez-nous

Tous les Jours / Jour de la Terre

5818, boulevard Saint-Laurent
Montréal (Québec) H2T 1T3 Canada

Téléphone : (514) 728-0116
Sans frais : 1 800 424-8758
Télécopieur : (514) 303-0248
Courriel: info@jourdelaterre.org